Tunisie : Un homme tente de s'immoler par le feu à Gafsa 06.01.12

Publié le par printempsdespeuples44

 

Un homme qui a voulu s'immoler par le feu jeudi devant le gouvernorat de Gafsa (centre-ouest de la Tunisie) était vendredi dans un «état critique», a-t-on appris de source hospitalière.L'homme, au chômage, désespéré s'est immolé en plein centre ville selon ces mêmes témoins, et il a été transféré dans un état très grave à l'hôpital des grands brûlés de Ben Arous, près de la capitale .

Ammar Gharsalla, un quadragénaire père de trois enfants, souffre de «brûlures étendues au troisième degré et son état est critique», a indiqué Fakher Eluati, surveillant général de l'hôpital pour grands brûlés de Ben Arous, en banlieue sud de Tunis.

M. Gharsalla a fait l'acte de se sacrifier par le feu jeudi après-midi devant le gouvernorat de Gafsa, le jour où trois ministres du nouveau gouvernement tunisien étaient en visite dans la région.

Après son immolation, des heurts ont éclaté entre des jeunes armés de pierres et les forces de l'ordre. Selon plusieurs radios, le calme était revenu vendredi matin à Gafsa

 Selon des sources locales, l'homme faisait avec d'autres chômeurs un sit-in depuis plusieurs jours devant le gouvernorat et avait demandé à rencontrer les ministres.

L'homme faisait partie d'un groupe de chômeurs qui faisait un sit-in devant le gouvernorat de Gafsa depuis plusieurs jours. "Il a demandé à rencontrer la délégation des 3 ministres en visite à Gafsa et n'a pas eu de réponse". "Ia victime s'est arrosée d'essence et s'est enflammé, sans rien dire", a déclaré pour sa part un autre témoin.

Kalil Zaouia, ministres des Affaires sociales , Lamine Chakhari ministre de l'Industrie et Abdelwahab Maâtar,ministre de l'Emploi ,étaient en visite ce jeudi à Gafsa pour se rendre compte de la situation dans la région minière tunisienne, secouée par des violences et ravagée par le chômage. Cette immolation par le feu survient un an après l'immolation de Bouazizi à Sidi Bouzid .Immolation qui a mis le feu au poudre à une révolte populaire couronnée par la chute du Régime Ben Ali le 14 janvier 2011

 

Tunis — Le ministre tunisien des Affaires sociales Khalil Zaouia a estimé vendredi que la tension sociale était « extrême » dans le bassin minier de Gafsa (centre-ouest), au lendemain d’une visite dans cette région marquée par la tentative d’immolation d’un chômeur devant le gouvernorat.

« Il y a une situation de tension sociale extrême. Les attentes sont énormes et les nerfs sont à vif », a déclaré à l’AFP M. Zaouia au lendemain de sa visite à Gafsa, en compagnie des ministres de l’Industrie Mohamed Lamine Chakhari, et de l’Emploi Abdelwahab Maatar.

« Hier, c’était la première fois depuis des dizaines d’années que des ministres se rendaient dans les mines. C’était un premier contact, on est désolé que cela se soit terminé par un drame, un geste de désespoir », a ajouté M. Zaouia.

Un quadragénaire qui faisait un sit-in avec d’autres chômeurs depuis plusieurs jours devant le gouvernorat de Gafsa a tenté de s’immoler par le feu jeudi et a été hospitalisé dans un état critique près de Tunis.

 

La région de Gafsa, qui vit essentiellement de l’extraction des phosphates, est l’une des plus défavorisées de la Tunisie et a connu en 2008 six mois d’émeutes souvent considérées comme les prémices de la révolution de 2010/2011.

« Il y a une accumulation de problèmes depuis des décennies, aujourd’hui les gens veulent que tout soit réglé immédiatement, même si on leur parle de quelques mois, pour eux c’est une éternité », a poursuivi M. Zaouia.

« Je suis rentré de là-bas avec des dizaines de demandes personnelles. Chacun veut une solution pour son cas, même les syndicats sont dépassés », a-t-il expliqué.

Il s’est prononcé en faveur de la constitution rapide d’une « task force » regroupant les représentants des ministères de l’Emploi, des Affaires sociales, de la Santé, de l’Environnement, du développement régional. « Il faut que les populations des gouvernorats de Gafsa, Sidi Bouzid et Kasserine (les trois grandes régions défavorisées de l’intérieur, ndlr) aient le sentiment que leurs problèmes sont enfin pris en main par Tunis »,

 

Immolation par le feu d'un homme âgé de cinquante ans à Bizerte

 

TUNIS (Xinhua) - Un homme âgé de cinquante ans s'est immolé par le feu devant le siège du gouvernorat à Bizerte (extrême-nord de la Tunisie),

En situation sociale "très difficile", cet homme a essayé de rencontrer le gouverneur de la ville de Bizerte avant de se mettre au feu.

L'homme a été transporté à l'hôpital par la Protection civile tunisienne et était dans un état très grave avec des brûlures du 3e degré.

Cet incident survient à deux jours d'une tentative pareille ayant lieu le 5 janvier dans la ville de Gafsa, dans le Sud-Ouest du pays, où un adulte avait tenté de s'immoler par le feu également devant le siège du gouvernement en signe de protestation contre la dégradation de sa situation sociale.

 

Un chômeur de Kasserine menace de se suicider par pendaison

 

un chômeur de Kasserine  a menacé, ce vendredi 6 janvier 2012, de se suicider par pondaison devant le siège de l’Assemblée Constituante au Bardo.

Portant une corde à la main, l’homme a menacé de se suicider si les responsables à l’AC ne le laissaient pas entrer pour s’entretenir avec le président de l’Assemblée.

Notre envoyé a remarqué la présence d’une femme « blessée par balle à la tête, le 7 janvier 2011″ selon ses dires. La femme qui portait à la main une carte de soins, a indiqué qu’elle souffre de maux de tête permanents a demandé les indemnités qui lui sont dues, elle a menacé de lancer des pierres.

 

Faculté des Lettres-Manouba: Les sit-inneurs ignorent les instructions du Conseil scientifique et continuent leur mouvement

 

les membres du conseils scientifique à la faculté des lettres, des arts et des humanités, réunis ce vendredi 6 janvier 2011, ont décidé de reprendre les cours à partir de demain et jusqu’au 20 janvier courant. Les étudiants auront droit, après cette période à 3  jours de repos suivis par les examens de fin du premier semestre.

Le conseil a décidé aussi l’interdiction du port du niqab  dans les salles des cours, lors du passage  des examens et pendant les stages d’encadrement. Cependant, le conseil a expliqué que le port du niqab ne fait pas l’objet de restrictions dans les autres espaces à l’intérieur de la Faculté.

D’autre part, les sit-inneurs, ont fait savoir lors d’un point de presse  organisé en marge de la réunion du Conseil scientifique, qu’ils continueront leur sit-in malgré les nouvelles instructions, « qui a dit que nous allons quitter la Faculté? on s’est déplacé seulement de quelques mètres et continuera notre militantisme pour défendre les droits des étudiantes en niqab ».

Dans la journée du jeudi 5 janvier 2012 les forces de l’ordre se sont déplacés à la faculté des lettres des arts et des humanités de Manouba afin de trouver un compromis avec les sit-inneurs qui occupent l’administration de la faculté depuis le mois de décembre dernier

Les sit-ineurs de la Faculté des lettres de Manouba, viennent de lever leur sit-in entamé le 06 décembre 2011, ils viennent de quitter l’enceinte de la Faculté des lettres, des arts et des humanités de la Manouba.

Après de longues négociations, une première alternative s’était présentée aux sit-ineurs de se déplacer à l’extérieur des locaux de l’administration, puis ils ont accepté de quitter définitivement l’enceinte de la Faculté. Le Conseil scientifique de la Faculté devra communiquer la date de la reprise des cours et annoncer le nouveau calendrier des examens.

 

Gabès:Les sit-inneurs séquestrent le directeur régional du groupe chimique

 

Les sit-inneurs du groupe chimique de Gabès ont séquestré dans la journée du jeudi 5 janvier 2012 le directeur régional du groupe Arbi Trabelsi et exigent que ce dernier réponde favorablement à leur revendication à savoir le droit au travail

Publié dans Tunisie

Commenter cet article