Tunisie: Désobéissance civile à Redeyef et grève générale à partir d’aujourd’hui 17.01.12

Publié le par printempsdespeuples44

 

 

Après la  désobéissance civile qui a été entamée hier à Redeyef, ville du sud-ouest de la Tunisie rattachée au gouvernorat de  Gafsa, une grève générale  a été annoncée pour ce mardi, 17 janvier 2012, à partir de 10h00.

Une marche de protestation aura lieu dans la région en guise de réponse à la marginalisation et à l’indifférence du gouvernement quant aux revendications des habitants.

Les citoyens dénoncent notamment l’insouciance des autorités à l’égard de citoyens en grève de la faim, transportés à l’hôpital suite à la détérioration de leurs états de  santé.

Source: Le Maghreb

 

Les villes du gouvernorat de Siliana paralysées par les mouvements de protestation

 

Les délégations de Kesra et Sidi Bourouis, dans le gouvernorat de Siliana, sont entrées, lundi 16 janvier 2012, dans une grève générale, rejoignant la délégation de Makthar qui poursuit son mouvement de protestation pour la quatrième journée consécutive.

Cette grève a paralysé l’activité économique et administrative et provoqué la fermeture des établissements scolaires ainsi que le blocage de plusieurs routes.

Les habitants protestent contre l’exclusion et la marginalisation de la région, en général. Ils considèrent que les gouvernements qui se sont succédés après le 14 janvier 2011, ont ignoré leurs revendications relatives à l’emploi et au développement.

Les entrées de la ville de Makthar sont toujours bloquées. Seuls l’hôpital local, les pharmacies, les mosquées, les boulangeries et quelques épiceries sont restées ouvertes.

A noter aussi qu’un mouvement de protestation est organisé à Bouarada par un groupe de chômeurs qui ont volontairement bloqué les accès de la ville.

Source: TAP

 

Des familles de prisonniers manifestent devant le siège du ministère de la justice

 

Des membres de familles de prisonniers se sont regroupés hier devant le siège du ministère de la Justice à Tunis pour exiger que l’amnistie générale concerne également leurs proches. Selon des témoignages receillis sur place ,les autorités en charge de cette affaire n’ont fait qu’abreuver la foule de promesses sans les honorer.

 Une protestataire a affirmé que l'amnistie decrétée par le Président provisoire ,la semaine passée ,à l'occasion du premier anniversaire de la Chute de l'ancien président Ben Ali ,devait concerner les prisonniers de jeune âge. Or, les autorités judiciaires en charge n’ont pas tenu leur parole et ont demandé aux protestataires de patienter jusqu’au mois de Mars.  Jugeant ces promesses creuses, les manifestants sont restés sur leur position et ont exigé que l’amnistie générale concerne les membres de leurs familles comme convenu. 

 

 

Affrontements entre étudiants à la Faculté des Lettres de Sousse

 

Après les incidents qui ont eu lieu hier à la Faculté des Lettres de Sousse, les choses semblent revenir à la normale et certains cours ont repris en ce matin du 17 janvier 2012. Le doyen a aussi déclaré que le conseil scientifique se réunira plus tard dans la journée pour prendre des mesures quant à ce qui s’est passé

Des affrontements ont opposé, hier, des étudiants de l’UGET à d’autres islamistes à la La faculté des lettres de Sousse.

Moncef Ben Abdejlil, doyen de la faculté a déclaré que « les étudiants islamistes n’ayant pas encore une représentativité légale, ont voulu célébrer l’anniversaire de la révolution au sein de la faculté ce que j’avais refusé pour  éviter tout incident ».

Toutefois, le désaccord a eu lieu aujourd’hui quand les deux parties se sont heurtées et se sont jetées des pierres faisant quelques blessés.  Ces affrontements ont dégénéré quand des étudiants qui n’appartenaient pas à la faculté ont rejoint l’un des groupes ainsi que des étudiants salafistes qui ont regagné l’établissement universitaire portant leur fanion.

Trois étudiants blessés ont été transportés à l’hôpital.

 

Manouba: 5 étudiantes en niqab entament une grève de la faim

 

Cinq des étudiantes de la faculté des Lettres, des arts et des humanités de la Mannouba portant le niqab, ont entamé une grève de la faim, c’est ce qu’ont déclaré les sit-ineurs lors d’une conférence de presse donnée aujourd’hui, lundi 16 janvier 2012.

Les étudiantes en question ont également déclaré que le sit-in sera déplacé vers un autre endroit qu’ils n’ont pas encore annoncé. Selon les sources de TunisieNumérique, l’administration est demeurée passive jusqu’à maintenant. Aucun avis n’a été communiqué par Habib Kazdaghli, doyen de la faculté.

Source: Mosaïque.fm

 

 


 

 

Publié dans Tunisie

Commenter cet article