Syrie : Des dizaines de milliers de Syriens dans la rue pour soutenir l'Armée Syrienne Libre 13.01.12

Publié le par printempsdespeuples44

Des manifestants anti-Assad à Deir Balaba, près de Homs. Reuters

 

Comme tous les vendredis, les Syriens avaient été appelés par les militants pro-démocratie à manifester contre le régime. Cette semaine, leur mot d'ordre était le soutien à l'Armée syrienne libre (ASL), qui regrouperait quelque 40.000 déserteurs et dont le chef Riad al-Assaad est basé en Turquie. Des dizaines de milliers de personnes ont répondu à l'appel en manifestant à travers le pays.

 

Dans la région d'Idleb (nord-ouest), près de 20.000 manifestants sont sortis dans la ville d'Ariha appelant à la chute du régime, alors qu'un manifestant a été tué par les tirs des forces de l'ordre dans la localité de Kafrnoubol, dans cette même région, proche de la frontière turque.

 

Près de Damas, 15.000 personnes ont manifesté sur la place de la Grande Mosquée à Douma, où "des affrontements ont eu lieu ce matin entre des agents de sécurité et des déserteurs", selon l'organisation syrienne des droits de l'homme (OSDH). Les forces de sécurité ont procédé à des perquisitions dans le quartier al-Sindyané de cette ville, située à 20 km de Damas.

 

Plus de 5.000 personnes ont manifesté également à Palmyre, après la prière, dans la région de Homs (centre), bastion de la contestation contre le régime.

 

Plusieurs explosions, suivies de tirs, ont été entendues dans la ville même de Homs, à 160 km au nord de Damas.

Les forces de sécurité ont également ouvert le feu pour disperser des manifestations dans les quartiers d'al-Joubeila et d'al-Arfi à Deir Ezzor (est) et à Jassem, dans le gouvernorat de Deraa (sud), ainsi que dans des localités de la banlieue de Damas, selon l'OSDH et les Comités locaux de coordination (LCC) qui chapeautent les manifestants sur le terrain.

 

 

Plusieurs manifestations ont en outre rendu hommage au journaliste français Gilles Jacquier, tué mercredi d'un obus à Homs, dans des circonstances "troublantes" selon son employeur France Télévisions, alors qu'il était en reportage avec plusieurs confrères. "Gilles Jacquier, vous êtes dans nos cœurs", proclamait une pancarte arborée par un manifestant dans le quartier de Barzé, à Damas, selon une vidéo diffusée sur Youtube par les Comités locaux de coordination (LCC).

A Irbin, dans la province de Damas, de jeunes manifestants ont présenté leur "sincères condoléances à la République française pour le martyre du journaliste héros Gilles Jacquier", pouvait-on lire sur une pancarte.

Le parquet de Paris a ouvert vendredi une enquête pour homicide volontaire après la mort de Gilles Jacquier. La présidence française soupçonne "une manipulation" des autorités syriennes, selon le quotidien Le Figaro.

 

Par ailleurs, les chefs des groupes de l'opposition politique et militaire syriens se sont rencontrés pour organiser la suite de leur action contre le régime de Bachar el-Assad, selon un communiqué vendredi. Le dirigeant du Conseil national syrien (CNS) regroupant la majorité de l'opposition, Burhan Ghalioun, et le colonel Riad al-Assaad, chef de l'ASL, se sont vus jeudi, indique le texte du CNS sans préciser le lieu de la rencontre.

 

"Les deux parties sont convenues de mettre au point un plan détaillé en vue de restructurer les unités et les brigades de l'ASL", afin notamment d'intégrer de nouvelles recrues dans leurs rangs, en particulier des hauts gradés, selon le texte parvenu à l'AFP à Nicosie. M. Ghalioun et le colonel Assaad sont aussi convenu de la nécessité "d'assurer une véritable coordination entre les deux entités pour apporter un soutien optimal à la révolution syrienne".

 L'ASL a mené plusieurs opérations contre des soldats de l'armée régulière qui ont fait des dizaines de morts.

 

Rencontre des chefs des groupes de l’opposition politique et militaire syriens

 

Les chefs des groupes de l’opposition politique et militaire syriens se sont rencontrés jeudi pour organiser la suite de leur action contre le régime de Bachar Al-Assad. Le dirigeant du Conseil national syrien (CNS) regroupant la majorité de l’opposition, Burhan Ghalioun, et le colonel Riadh Al-Assaad, chef de l’Armée syrienne libre (ASL) formée des militaires ayant déserté pour tenter de renverser le régime du président Bachar Al-Assad, indique le texte du CNS sans donner une précision sur le lieu de la rencontre.

 

« Les deux parties sont convenues de mettre au point un plan détaillé en vue de restructurer les unités et les brigades de l’ASL », afin notamment d’intégrer de nouvelles recrues dans leurs rangs, en particulier des hauts gradés, selon le texte. »Le CNS veut établir un bureau de liaison avec l’ASL pour maintenir une communication directe permanente » entre la direction de l’ASL et l’opposition syrienne en exil, afin « d’informer l’ASL des développements de la situation politique et de l’évolution des positions nationales et internationales ».

M. Ghalioun et le colonel Assad sont aussi convenus de la nécessité « d’assurer une véritable coordination entre les deux entités pour apporter un soutien optimal à la révolution syrienne ».

Suite à cette rencontre, l’opposition syrienne a appelé à des manifestations nationales vendredi. La militarisation croissante du conflit fait craindre que le pays ne bascule dans la guerre civile.

Mais en dépit de la pression nationale et internationale qui est de plus en plus forte, Bachar Al-Assad campe sur ses positions, met la crise sur le compte de complots de l’étranger et exclut de démissionner.

Source: Le Monde + Challenges.fr

 

 

Publié dans Syrie

Commenter cet article