Syrie: Appels à manifester vendredi pour la "résistance populaire" et à boycotter le référendum sur la Constitution16.02.12

Publié le par printempsdespeuples44

    Pendant que l’armée de Damas s’acharnait sur Hama et Homs, laquelle rendait hommage ces dernières heures aux Hariri père et fils, la diplomatie syrienne s’égosillait à New York pour essayer d’empêcher un vote de l’Assemblée générale de l’ONU. Photos AFP / Reuters / Andrew Kelly (Reuters)

Les militants pro-démocratie ont appelé jeudi les Syriens à manifester en masse vendredi et à "résister" face au régime du président Bachar al-Assad, parlant d'une "nouvelle étape" face à la répression de la révolte.

Les militants ont appelé les Syriens à manifester sous le slogan "La résistance populaire, début d'une nouvelle étape".

"Cette semaine, la révolution va amorcer une nouvelle étape au cours de laquelle nous n'allons plus accepter (les affronts). Nous ne resterons pas les bras croisés face aux attaques des gangs de la sécurité et des chabbiha (milices fidèles au régime). Dès aujourd'hui, nous allons leur rendre la pareille", ont-ils écrit sur leur page Facebook "Syrian Revolution 2011.

"Demain, vendredi, la Syrie va se soulever pour Hama, Deraa, Idleb, pour toutes les villes syriennes assiégées, pour la liberté", ont-ils ajouté.

Par ailleurs, des opposants syriens ont appelé jeudi à boycotter le référendum prévu le 26 février sur une nouvelle Constitution, estimant que le texte gardait le même "esprit" de la loi fondamentale actuelle et conférait au président des "prérogatives absolues".  

 

"Le projet de Constitution consacre dans la préface et certains articles l'esprit" du texte actuel, estiment dans un communiqué les Comités locaux de coordination (LCC), qui chapeautent la contestation sur le terrain.

Il "confère au président de la République des prérogatives absolues, l'élève au statut de leader absolu et éternel", permet "la reproduction du régime" et ne garantit pas, comme dans la Constitution actuelle, la séparation du pouvoir, poursuivent-ils.

"Les LCC appellent le peuple à refuser et boycotter le prétendu référendum (...) et insister sur la réalisation des objectifs de notre révolution en faisant tomber le régime" du président Bachar al-Assad, ajoute ce groupe.

"Le régime se moque de la volonté des Syriens (...) car les conditions pour la tenue de référendum ne sont pas réunies et celui qui a élaboré le projet n'est pas légitime", soutiennent-ils, en référence au régime Assad et à la poursuite de la répression par ses forces de la révolte depuis 11 mois.

M. Assad a décidé mercredi d'organiser un référendum le 26 février sur une nouvelle Constitution fondée sur le pluralisme en supprimant toute référence au parti Baas, au pouvoir depuis près de 50 ans en Syrie.

La fin de la primauté du parti Baas était l'une des revendications essentielles des opposants au début du mouvement de contestation à la mi-mars 2011. Mais ils réclament désormais le départ pur et simple de M. Assad.

D'après le nouveau texte, le président nomme toujours le Premier ministre et les membres du gouvernement, au moment où l'opposition réclame que ce poste soit pourvu par la personne issue de la majorité parlementaire.  

Sur le terrain, la liste des morts s'est encore allongée, avec au moins 36 personnes tuées mercredi, selon un dernier bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Au total, les violences auront fait hier de 33 à 52 morts, selon les sources.

 

Dans la capitale syrienne, des troupes d’élite appuyées par des véhicules blindés ont dressé des barrages dans les rues principales du quartier résidentiel de Barzé, où elles ont effectué des perquisitions et procédé à des arrestations. Les soldats de la quatrième division blindée et de la garde républicaine ont tiré en l’air pour disperser les habitants. Selon les habitants de ce quartier du centre-nord de Damas, les militaires recherchent des activistes et des membres de l’Armée syrienne libre.

Quatorze personnes, dont la blogueuse Razan Ghazzawi et le journaliste Mazen Darwish, directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d'expression, ont été arrêtées à Damas par les forces de sécurité dans les locaux de cette association, a indiqué dans un communiqué l'opposant Anouar al-Bounni. 

 

À Hama, l’armée a bombardé les quartiers résidentiels de Faraya, Olailat, Bachoura et al-Hamidiya. Des troupes venues de l’aéroport se sont dirigées vers la ville.

 

À Homs, les loyalistes ont pilonné pour la treizième journée consécutive des quartiers sunnites. Une explosion a visé un oléoduc alimentant une raffinerie. Les Comités locaux de coordination ont rapporté des cas de suffocation parmi les habitants de Baba Amro, en raison de la fumée dégagée par l’explosion.

 

Dans la province de Deraa, une écolière de 16 ans a été tuée par balle près du village d’al-Nouaïmi, où une campagne de perquisitions et d’arrestations est en cours. Dans la même province, dans une vallée proche du village de Sehm el-Joulane, l’armée encercle environ 30 soldats dissidents et lance des bombes dans cette vallée.

 

Dans la province d’Alep, neuf civils, sept soldats et quatre militaires dissidents ont été tués ces dernières 24 heures dans des affrontements dans la localité d’al-Atareb.

 

Dans la province d’Idleb, trois civils ont été tués près de la ville de Jisr el-Choughour à la suite de l’explosion d’une bombe.

 

Et à Deir ez-Zor, des perquisitions ont lieu dans la localité d’al-Achara, où 16 personnes ont été arrêtées.

 

La Syrie est le théâtre depuis mars 2011 d'une révolte populaire sans précédent réprimée au prix de milliers de morts selon des militants.     

 

Publié dans Syrie

Commenter cet article