Maroc : Une dizaine de blessés lors d'une manifestation d'étudiants à Fès 22.12.11

Publié le par printempsdespeuples44

 

FES (Xinhua) - Une dizaine de personnes ont été blessées mercredi à Fès (plus de 200 km à l'est de Rabat) lors d'une manifestation non autorisée d'étudiants, selon une information de l'agence de presse MAP. Parmi les blessés, figurent des éléments des forces de l'ordre qui ont essuyé des jets de pierre par des étudiants qui tentaient d'organiser une marche et un sit-in non autorisés devant la cour d'appel de Fès, a-t-on indiqué auprès des autorités locales.

Les manifestants protestaient contre l'arrestation de leurs collègues impliqués dans des incidents survenus, en septembre dernier, dans l'université Sidi Mohammed Ben Abdellah, rappelle-t- on.

Par ailleurs, la Cour d'appel de Fès a reporté, ce mercredi, au 19 janvier prochain le procès de deux étudiants impliqués dans ces incidents.

Les deux étudiants sont poursuivis pour avoir érigé des obstacles sur la voie publique, jets de pierres contre des agents des forces de l'ordre et dégradation de biens publics, selon la même source.

 

Affrontements entre étudiants et forces de l’ordre

 

C’est une véritable bataille  rangée qui a opposé, mercredi à Fès, des centaines d’étudiants de l’Université Sidi Mohamed Benabdellah, Dhar Mehraz aux forces de l’ordre. Les étudiants qui étaient encadrés par des membres de la fraction radicale des kayidiyyines (basistes), avaient déjà annoncé un boycott des cours dans toutes les facultés, puis ont organisé une manifestation qui a sillonné les pavillons de la cité universitaire. Mais, les choses allaient prendre une autre tournure, lorsque la manifestation s’est dirigée vers la sortie de la cité donnant sur le quartier populaire de l’hôpital Ghassani. Les étudiants voulaient ainsi manifester en dehors de l’enceinte de l’université, pour se diriger plus précisément à la Cour d'appel de Fès, où deux de leurs camarades, membres aussi du Mouvement du 20 février, arrêtés en septembre dernier, allaient être déférés. Les forces de l’ordre se sont alors érigées en chaîne pour endiguer la foule  et l’empêcher d’avancer vers le centre-ville. Selon plusieurs témoins, il y a eu recours aux bombes lacrymogènes. Les étudiants n’ont pas hésité à forcer le passage en lançant des pierres ; le heurt était violent et l’affrontement entre les deux camps a duré près d’une heure. L’intervention brutale des forces de SMI a causé de nombreux blessés parmi les étudiants, des dizaines selon une source estudiantine, témoin des événements. « L’intervention était très violente contre une manifestation estudiantine pacifique, et les forces de SMI ont fait usage de bombes lacrymogènes, ce qui a entraîné des cas d’asphyxie notamment parmi les étudiantes », a indiqué cette même source. De l’autre côté, les forces de police ont relevé dans leur rang des blessés, qui ont été évacués à l’hôpital. Par ailleurs, la Cour d'appel de Fès a reporté, mercredi, au 19 janvier prochain le procès de deux étudiants arrêtés. Ils sont poursuivis, selon l'agence marocaine MAP, pour avoir érigé des obstacles sur la voie publique, mais également pour jets de pierre contre des agents des forces de l'ordre et dégradation de biens publics. Hier encore, les forces de l’ordre sont également intervenues violemment, au niveau du boulevard Hassan II, contre une trentaine de jeunes, structurés dans le Groupe des licenciés chômeurs.

Publié dans Maroc

Commenter cet article