Maroc : Nouveau sit-in des Diplômés chômeurs place Al Barid à Rabat 02.02.12

Publié le par printempsdespeuples44

Un sit-in de protestation des diplômés chômeurs, place Al Barid à Rabat, a été défait dans la violence par les forces de l'ordre, la nuit dernière.

Ph. Amp Presse
Ph. Amp Presse
Plusieurs groupes fédérant plus de 900 diplômés chômeurs, avaient organisé hier ( 1er février) un sit-in à place Al Barid dans la capitale.

Revendiquant une intégration immédiate aux cycles de la fonction publiques, les protestataires ont condamné les clientélismes supposées des autorités, lors des opérations de recrutements de cadres administratifs, refusant par la même de passer les concours d'usages, d'avant recrutement.

Autre objet de l’ire des protestataires, la priorité au recrutement qui serait donné par les autorités aux jeunes provenant des provinces du Sahara.

Un cordon sécuritaire a été formé dans la journée autour des manifestants pour veiller à tout débordement, sauf que vers minuit, les forces de l'ordre ont choisit de passer à l'acte en démontant les baraquements de fortunes installés par les protestataires.

Une panique s'est généralisée dans toute la place, surtout quand les manifestants avaient menacé de prendre exemple sur leur camarade suicidé dernièrement Abdelwahab Zeidoun, en transformant le lieu du sit-in en un grand bûcher.

A noter que le chef du gouvernement avait déclaré à la presse nationale, lors de son séjour à Davos en Suisse, que tout recrutement en administration publique, sera effectué sur base de mérite.

La dite déclaration est considérée par nombres de jeunes chômeurs comme étant une rétraction du gouvernement sur ses engagements précédents.
Ph. Amp Presse
Ph. Amp Presse

Ph. Amp Presse
Ph. Amp Presse

Diplômés chômeurs : Nouveau sit-in à place Al Barid à Rabat

Ph. Amp Presse
Ph. Amp Presse

Ph. Amp Presse
Ph. Amp Presse

Emeute à Taza moins d’un mois après la dernière

 

Porte de la prison de Taza tagué par un manifestant avec un slogan du M20F

Rabat.- Un émeute a éclaté à Taza, moins d’un mois après le dernier soulèvement d’un quartier populaire. D’après les vidéos qui nous arrivent (de mauvaise qualité pour le moment) depuis cette ville du centre du Maroc, dans le pré-Rif, des jeunes se seraient lancés dans les rues de la ville avec des slogans appellant à la « justice sociale » accompagnés des traditionnels : « Allah Akbar! ».

Ils demandent également la libération de tous les jeunes arrêtés après les émeutes du début du mois de janvier.

Sur la porte de la prison de Taza, un manifestant a tagué un slogan du Mouvement du 20 février : Mamafakinch (Nous ne lâcherons!).

D’après les dernières informations, les autorités locales auraient été débordées par cette énième émeute. Les forces de l’ordre auraient fait usage aujourd’hui de gaz lacrymogène.

Selon d’autres informations, les affrontements ont touché le centre ville. Dans la soirée une vague de perquisitions s’est abattue sur la ville. Un témoin a raconté à Demain que des policiers passent d’une maison à une autre en exigeant de tous les habitants de « faire sortir leurs fils » (« Li aândou chi ould i kherjou), sinon ils forcent les portes des récalcitrants.

De leur côté, des jeunes rifains de la bouillante ville de Beni Bouayach, dans la province d’Al Hoceima, ont coupé la route pour empêcher une quarantaine de camions de transport de troupes de se diriger vers Taza.

Demain

Publié dans Maroc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article