Maroc : “Les femmes arrivent” Un nouveau mouvement différent du M20 06.12.11

Publié le par printempsdespeuples44

Un groupe d’une centaine de femmes a récemment manifesté devant le Parlement contre la victoire du PJD aux élections 2011. Le groupe se nomme “aLa3yalate jayate”, c’est-à-dire “Les femmes arrivent”. Entretien avec Rabia Ben Bousalem, l’une des fondatrices de ce nouveau mouvement qui dit n'avoir aucune affinité avec le Mouvement du 20 Février.
 

D’où vous est venue l’idée de la création de ce mouvement “Les femmes arrivent”?

L’idée ou l’initiative de la création de ce mouvement émane d’une amie, Amina Bridaa, lors d’une longue discussion sur le réseau social Facebook avec un groupe d'intellectuelles de différentes orientations et tendances, ainsi que des cadres politiques et sociaux.

En effet, nous avons discuté et développé l’idée sur Facebook pendant un mois, suivie par la tenue de plusieurs réunions à Rabat et à Casablanca, étant donné qu’il y a des participantes venant des différents coins du pays. Ces réunions ont abouti à un accord sur la philosophie de ce mouvement qui a été, par la suite, annoncé par des caricaturistes palestiniens, jordaniens et marocains lors d’une galerie de caricature, le 26 novembre 2011.

Une conférence a été également tenue pour faire connaître le mouvement. Lors de cette rencontre, on a cité plusieurs exemples d’abus et d’injustice à l’encontre des femmes, citant une femme indignée qui a fait objet d’une exclusion abusive, à Sidi Melloul, et une autre, qui s'est retrouvée sans soutien dans le rue après que sa maison a été détruite par les inondations de Ouled Dahou.

Quels sont les objectifs de votre mouvement?

Notre but est de défendre le droit de la femme à la pleine égalité politique, économique, et créer une culture de respect pour les femmes. Nous songeons à créer une culture qui ne résume pas l’existence de la femme à la séduction mais dans un être éligible à exercer la tutelle intellectuelle et politique.

Le mouvement a aussi pour objectif, la sensibilisation de la femme à connaître ses droits, notamment son droit à la dignité, pour pouvoir combattre l'exploitation à laquelle elle est exposée. Ceci ne veut pas dire que nous excluons l’homme de nos actions, au contraire, nous incluons toutes les parties de la société marocaine.

Votre mouvement est-il lié au 20 Février?

Il n'y a pas d’affiliation au Mouvement du 20 février, même si la majorité de nos militantes le sont aussi au sein de ce mouvement. Les femmes “20 févrieristes” ont créé des comités au sein du mouvement du 20 février pour traiter des sujets qui importent aux femmes en général, dont “Ichriniat al baydaa”...

“Les femmes arrivent”, qu'est-ce qui se cache derrière cette dénomination?

Il y a bien deux raisons derrière cette dénomination: la première, c’est notre désir de souligner et de confirmer notre appartenance profonde à la société marocaine, d’autant plus que nous nous adressons à la femme paysanne, à la femme au douar, à l’étudiante, à la femme au foyer et la femme employée, etc.  La deuxième raison, il s'agit d'une référence à cet incident: une vielle femme, qui a été poussée par un policier lors d’une manifestation, a lancé à l'homme en tenue “tu verras bien, les femmes arrivent”.

Vous avez limité la participation à votre mouvement aux femmes progressistes, cela veut-il dire que vous excluez les autres, notamment les femmes islamistes?

Il ne s’agit pas d’une exclusion ou d’une attitude à l’encontre des femmes islamistes. Mais ces dernières ne peuvent pas soulever l’égalité intégrale entre femme et homme, ne peuvent pas non plus soulever les questions liées par exemple à la polygamie et à l’héritage. Du coup, c’est une question d’harmonie et d’entente qui se pose entre elles et nous...

Propos recueillis par Omar Lebchirit

Publié dans Maroc

Commenter cet article