France : la mobilisation redouble contre la circulaire Guéant 21.12.11

Publié le par printempsdespeuples44

Les étudiants étrangers sont directement visés par la loi Guéant.

Une pétition, lancée par une centaine de personnalités, réclame le retrait du texte du ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

Une centaine de personnalités, dont le Prix Nobel de physique Albert Fert, ont lancé une pétition demandant "le retrait" de la circulaire Guéant qui empêche nombre de diplômés étrangers de rester travailler en France et qu'ils jugent "moralement méprisable, économiquement suicidaire". Les signataires s'engagent à "parrainer les diplômés étrangers en les aidant concrètement dans leurs démarches dans les préfectures" et à les "protéger" pour qu'ils puissent rester en France, car, selon l'intitulé de la pétition, "la matière grise est de toutes les couleurs".

Pour eux, le "message" de la circulaire Guéant du 31 mai "est clair : étranger, ne viens pas étudier chez nous, et n'espère pas trouver un emploi au terme de tes études", selon le texte de la pétition constable sur internet. "L'idée véhiculée est aussi mensongère que dangereuse", estiment-ils, car "dire que l'embauche d'un étranger prend l'emploi d'un citoyen français, c'est faux ! C'est un mensonge éhonté." "Un diplômé étranger travaillant en France, c'est quelqu'un qui paye ses impôts en France, qui consomme en France, qui achète en France, qui soutient l'emploi et la consommation en France. S'il devient chef d'entreprise, c'est quelqu'un qui embauche en France", écrivent-ils.

Parmi les signataires figurent notamment l'ex-présidente d'Areva Anne Lauvergeon, les présidents d'universités Vincent Berger, Patrice Brun et Axel Kahn, le professeur au Collège de France Pierre Rosanvallon, les professeurs d'économie Philippe Aghion et Thomas Piketty, les sociologues Christian Baudelot, Stéphane Beaud, Roger Establet ou Edgar Morin, le cinéaste Romain Goupil, l'écrivain Jean-Christophe Rufin, etc. Ils appellent "les chefs d'entreprise comme les universitaires à soutenir publiquement la demande d'abrogation" de la circulaire.

 

À l'occasion de la journée mondiale des migrants, sans papiers et étudiants étrangers ont défilé  dimanche à Paris pour protester contre la politique d'immigration menée par Claude Guéant. Douze organisations avaient lancé un appel au rassemblement.

 

Derrière la grande banderole, « Ensemble pour les droits et la dignité des migrant-e-s », les manifestants donnent de la voix pour se faire entendre. Malgré le froid et les vacances scolaires, étrangers, sympathisants et militants ont fait le déplacement. Entre 3.000 et 5.000 personnes selon les organisateurs, 950 selon les forces de l'ordre défilent dans les rues parisiennes.

En tête de cortège, Brigitte Cerf du Réseau éducation sans frontières (RESF) avance à l'AFP les raisons de la mobilisation : « Nous dénonçons le durcissement en France des lois sur les migrants, de plus en plus précarisés qu'ils soient ou non sans papiers, et l'utilisation politicienne de cette question ».

Un discours qui trouve un écho en cette journée internationale des migrants. Proclamée par l'assemblée générale des Nations Unies en décembre 2000, elle est censée sensibiliser l'opinion aux contributions économiques sociales et culturelles des migrants, aussi bien à leur pays d'origine qu'à leur pays de destination.

Comme tous les pays industrialisés, la France a toujours refusé de ratifier la Convention des Nations Unies « pour les droits des travailleurs immigrés et des membres de leurs familles ». Adoptée par l'assemblée générale le 18 décembre 1990, cette charte n'a été ratifiée que par vingt-sept membres, uniquement des pays émigrants.

Les étudiants en première ligne

« On vote ici, on étudie ici, on vit ici, on reste ici / Régularisations de tous les travailleurs sans-papiers », scandent les manifestants avec détermination.

Une banderole donne le ton, « Étudiants étrangers indignés=diplômés, recrutés, expulsés ». Derrière, de nombreux étudiants venus réclamer le retrait de la circulaire Guéant du 31 mai. Un bout de papier qui a empêché de nombreux diplômés étrangers qualifiés d'obtenir un changement de statut pour devenir salarié.

Si certains, soutenus par des collectifs ont pu obtenir le précieux sésame, d'autres n'ont pas eu cette chance malgré les promesses d'embauche émanant d'entreprises françaises. « Le gouvernement nous balade avec des déclarations de bonnes intentions, disant qu'il y a eu des erreurs qui sont corrigées, mais quand y aura-t-il des instructions, noir sur blanc, aux préfets pour éviter les erreurs qui continuent ? », a lancé à l'AFP, Hajer Gorgi, porte-parole du Collectif du 31 mai.

Selon elle, de nouveaux cas s'accumulent chaque semaine alors que 250 seulement ont été réglés sur les 900 dossiers envoyés au ministère. « Les DRH en viennent à limiter leurs recrutements de diplômés étrangers, une discrimination à l'embauche complètement illégale qui est poussée par le gouvernement », accuse-t-elle.

Pour Hajer Gorgi, le mal est fait et l'hexagone paye aujourd'hui pour sa politique de « chasse aux étrangers », « l'image de la France est ternie dans de nombreux pays ». Des pancartes en anglais sont là pour le rappeler, « Students of the world You're not welcome anymore » (Étudiants du monde entier, vous n'êtes plus les bienvenus) ou « France, the world is watching you » (France, le monde te regarde).

Suffisant pour faire infléchir le gouvernement ? Rien n'est moins sûr.

 

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article