Une personne a été tuée lundi matin dans le centre du Caire, a-t-on appris de source officielle, alors que les forces de l'ordre ont barré avec un mur en béton la rue où s'étaient concentrés la veille les affrontements avec les manifestants anti-armée.
"Le nombre de tués depuis le début des heurts est monté à 11, dont un ce jour", a affirmé Adel Adaoui, adjoint du ministre de la Santé, cité par l'agence officielle Mena, faisant état de 201 blessés pour la journée de dimanche.
Le dernier bilan officiel, dimanche soir, s'élevait à 10 tués et près de 500 blessés en trois jours.
Des heurts ont à nouveau eu lieu lundi à l'aube lorsque les forces de sécurité ont tenté d'évacuer les manifestants de la place Tahrir, haut lieu de la contestation, mais le calme était revenu dans la matinée.

Des manifestants ont montré une chemise blanche ensanglantée, la présentant comme celle du manifestant tué lundi.
Sur la place Tahrir, quelques dizaines de personnes observaient toujours un sit-in, brandissant des banderoles hostiles au pouvoir militaire et des photos qui ont indigné les protestataires d'une manifestante voilée, dont les soldats avaient découvert le soutien-gorge et le ventre en la frappant et en la traînant sur la chaussée.
Un mur de béton a été dressé dans la rue où s'étaient déroulés à coups de pierres et autres projectiles les heurts de dimanche, une voie perpendiculaire à la grande avenue conduisant de la place Tahrir au siège du gouvernement, selon la même source.
L'avenue est barrée depuis samedi par un mur en béton afin d'empêcher les manifestants d'approcher du siège du gouvernement, où la confrontation avait débuté vendredi matin.
Plus de 180 personnes ont été arrêtées par les forces armées dont des femmes et des mineurs, pour implication présumée dans les heurts et pour incendie de bâtiments, selon le parquet.
Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a accusé les forces de sécurité égyptiennes d'usage "excessif" de la violence à l'encontre des manifestants.
La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé dimanche les Egyptiens à s'abstenir de toute violence et demandé "instamment aux forces de sécurité égyptiennes de respecter et de protéger les droits universels de tous les Egyptiens, y compris les droits d'expression et de réunion".
Ces violences sont les plus graves depuis des affrontements similaires qui avaient fait au moins 42 morts, principalement au Caire, quelques jours avant le début le 28 novembre des premières législatives depuis la chute du président Hosni Moubarak en février.

Publié dans : Egypte - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

" Printemps des Peuples "

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent
 
Tunisie, Algérie, Egypte, Jordanie, Yémen... L’histoire ne se répète jamais à l’identique, mais elle se répète. Et si trop de facteurs différents la déterminent entre ici et là, entre un siècle et l’autre, rendent unique chacun de ses évènements, tourments, pulsions, sursauts, bouleversements, assez d’éléments, de causes et d’effets se ressemblent, pour que l’on en tire d’utiles leçons. Aussi, pour n’être que lointaine, la parenté entre le Printemps des Peuples en 1848 et les évènements qui, partis de Tunisie, secouent aujourd’hui le monde arabe, n’en est pas moins évidente. Et les enseignements que l’on peut tirer au sud de la Méditerranée de ce qui se passa il y a 163 ans à son septentrion, sont nombreux, le premier à retenir étant que ceux qui animent les peuples ne doivent jamais relâcher l’attention et la pression. Trop facilement en effet, dès quelques satisfactions mineures (alimentaires et culturelles) obtenues, les masses inertes, égoïstes et craintives, galvanisées un instant, refluent, pour laisser aux renards occuper l’espace ouvert par les nouvelles libertés de circulation et d’alimentation dans le « poulailler » national.
 
 Giulio-Enrico Pisani

Rechercher

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés