Algérie : retour au calme à Laghouat sur fond de tension 13.01.12

Publié le par printempsdespeuples44

Le wali a pris la décision d’annuler les attributions des logements qui sont à l’origine de la colère, et une commission d’enquête est mise en place.

En dépit des mesures prises par le wali, notamment la mise en place d’une commission pour enquêter sur la liste des attributaires de logements jugée “injuste” par les citoyens, le climat était hier encore tendu à Laghouat. C’est vers minuit avant-hier que les derniers manifestants arrêtés par les forces de l’ordre ont été relâchés. Et cela suite à l’intervention des militants des droits de l’Homme et des parents, nous a-t-on indiqué. Hier matin, vers 10 heures, les manifestants qui ont tenté d’improviser une marche pacifique vers le siège de la wilaya, histoire d’inscrire dans la durée leur mouvement de protestation, ont été dispersés par les forces antiémeutes.
Les manifestants ont scandé “Massira silmya” (marche pacifique), conférant ainsi un caractère pacifique à leur mouvement. L’intervention des forces antiémeutes est musclée, selon des sources locales, puisque plusieurs manifestants ont été bastonnés. Par ailleurs, le calme semble revenir dans la ville de Laghouat après ces échauffourées et celles survenues avant-hier, mardi, entre les forces antiémeutes et les citoyens protestataires contre la liste d’attribution de logements destinés à la résorption de l'habitat précaire. En effet, plusieurs magasins ont ouvert, mais une présence importante est remarquable dans les artères principales de la ville, notamment aux alentours du siège de la wilaya, lieu de rassemblement principal des manifestants. Hier, la devanture de la grande poste de la ville de Laghouat était toujours bondée de manifestants pacifistes, fleurs à la main. Selon un militant de la Laddh, relevant du bureau de Laghouat, c’est vers minuit que les derniers jeunes arrêtés lors des échauffourées de mardi passé, ont été relâchés.
La même source nous a indiqué que les blessés sont sortis de l’hôpital Ahmida-Ben-Adjla de Laghouat. Pour rappel, le wali de Laghouat a pris des mesures administratives susceptibles d’apaiser le climat social. Il a notamment ordonné d’accélérer la création de nouveaux lotissements et leur attribution aux citoyens de la commune, l’octroi d’aides financières pour la restauration des anciennes bâtisses et la réhabilitation des vieux quartiers classés à l’instar de ceux de Z'guag-El-Hedjadj et El-Gharbya. Les élus locaux ont également sollicité, selon le P/APC, M. Tahar Boussebsi, le recours à la force publique pour faciliter l’opération de lutte contre les habitations illicites et le transfert des dossiers des contrevenants à la justice, en plus de l’octroi de tranches de logements sociolocatifs et participatifs au profit des jeunes. Avec ces décisions, les pouvoirs publics et les élus réussiront-ils à absorber la colère de la rue et réhabiliter la confiance du citoyen en les institutions de l’État ?

 

 

Une marche du MAK empêchée à Tizi-Ouzou

 

Une marche à laquelle a appelé le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) à Tizi-Ouzou a été empêchée jeudi par la police faute d’autorisation, a-t-on appris auprès des organisateurs.

 

Les militants de l’organisation de Ferhat Mehenni, non-reconnue par les autorités, n’avaient pas introduit une demande auprès de la wilaya.

Le MAK voulait marquer à sa manière le nouvel an Berbère – Yennayer – qui coincide avec le 12 janvier de chaque année, pour réitérer sa revendication d’autonomie de la Kabylie.

Une source de la wilaya a déclaré que cette interdiction marquait ” le retour à la légalité ” et que toute manifestation devait avoir le feu vert des autorités au préalable, contrairement aux années précédentes où les marches étaient tolérées, même non-autorisées.

La manifestation a rassemblé près d’une centaine de militants qui se sont contentés d’un sit-in devant l’université de Tizi-Ouzou, entourés par un imposant dispositif de policiers anti-émeute décidés à empêcher la marche.

 

 

 

 

Publié dans Algérie

Commenter cet article